“Quel engagement de la femme musulmane pour une participation inclusive dans la gestion des affaires communautaires ?” Cette problématique a meublé une conférence initiée par la Cellule Féminine de l’Amicale des Anciens de l’Aeemci (3A). Cette conférence visait à inciter les femmes à une implication active au sein de la sphère sociale et communautaire. L’Institut Pédagogique de l’Enseignement Technique et Professionnel d’Abidjan Cocody (IPNEPT) a servi de cadre, samedi 15 Avril 2017 , à cet atelier.

Pour mobiliser les femmes, tous les canaux de communication ont été mis à profit. Facebook, radio, presse imprimé, tout y est passé. Les femmes musulmanes ont massivement répondu à l’appel. Un cadre propice pour peindre le tableau sombre de la communauté musulmane. Et pourtant, la femme musulmane est en reste dans les actions communautaires menées par leur association mère. Un nouveau départ pour une section féminine des 3A à travers les travaux de réflexion de ce 1er séminaire du genre. C’est tout l’espoir porté à cet événement qui a réuni les femmes musulmanes des quatre coins du pays. La femme musulmane, maillon essentiel de la communauté, est mise face à ses responsabilités dans le développement de l’islam. Pour se faire, la secrétaire de l’observatoire nationale de l’équité et du genre, Kaba Fofana, a dépeint les tares qui minent la communauté musulmane avant de les inviter à prendre à bras le corps le développement qualitatif de la société musulmane. Pour elle, les femmes musulmanes bien que occupant des postes de responsabilité dans la société, ne s’impliquent pas dans la communauté musulmane. Kaba Fofana les a appelées à prendre leur place pour être ‘‘la meilleure communauté’’ comme l’a indiqué le Prophète (saw). Pour se faire, elle ramène les musulmans à s’imprégner de la vie des femmes qui ont marqué l’histoire de l’islam. La secrétaire de l’observatoire d’indiquer qu’ ‘‘ il faut donner un autre sens à la djihad qui consiste à faire améliorer la communauté musulmane pour qu’elle soit meilleure’’.

 Madame Coulibaly Ami Méité, présidente du comité d’organisation a rappelé le dernier message du Prophète (saw) qui dit “confier la communauté musulmane aux jeunes et aux femmes”. Une mission qui doit interpeller plus d’une quant à leur responsabilité dans la communauté musulmane pour le maintien du flambeau de l’islam. ‘‘ Pour les 3A la participation inclusive des femmes constitue un vecteur essentiel à la concrétisation des objectifs à atteindre’’ a ajouté la Pco. Le thème répond à la préoccupante démobilisation des femmes dans les actions communautaires et ce séminaire donne ainsi l’occasion de se pencher sur les causes tout en essayant de trouver des solutions pour une implication effective des femmes notamment les actions sociales, a expliqué la présidente des 3A section féminine Nationale, Ouattara Ami. Pour elle, les femmes des 3A ont joué un rôle primordial dans les activités de la structure et donc ce séminaire est une aubaine pour les ramener à s’impliquer davantage. La présidente Ouattara Ami a terminé son intervention en invitant  ses consœurs à être des femmes leaders  mobilisées, formées, entreprenantes et de qualités pour la communauté du Prophète (saw).

La conférence a été suivie de deux forums et un atelier autour de plusieurs thématiques dont “les causes du désintérêt des sœurs dans les affaires communautaires et les perspectives de solution”, “quelles nouvelles approches pour une structure des femmes des 3A plus dynamique et plus stratégique” et “mode d’action pour la mise en œuvre des activités et leurs financements”.

Sidibé Ramatou