La situation qui prévaut depuis quelques jours dans notre pays préoccupe l’ensemble des ivoiriens et tous les habitants de la Côte d’Ivoire. Face à cela, comme ils ont eu à le faire maintes fois par le passé, les Imams ont procédé à des concertations régulières, aux fins d’analyser le climat socio-politique de notre pays.

Le constat qui en ressort est celui d’une grave dégradation de la situation qu’il convient de maîtriser au plus tôt, afin d’éviter que cela n’entraîne une rupture de l’harmonie sociale indispensable à la poursuite du développement et de la prospérité de la Nation Ivoirienne.

En effet, l’actualité récente qui connaît d’ailleurs des évolutions inquiétantes, donne à voir des crispations ainsi que des faits d’une exceptionnelle gravité devant lesquels les Imams ne sauraient restés indifférents.

Au nombre de ces faits, les mutineries militaires qui jettent le trouble et la peur au sein des populations en même temps qu’elles aggravent les dissensions entre les forces de sécurité au moment où la plupart des pays ouest-Africains se trouvent confrontés au défi du terrorisme et à l’insécurité transfrontalière.

Les Imams qui n’ont pas vocation à prendre position dans les questions militaires se doivent cependant de condamner les actions violentes, le recours aux armes pour obtenir gain de cause. Les Imams demandent par conséquent à tous ceux qui usent de telles méthodes ou qui envisagent de le faire, d’y renoncer maintenant et définitivement.
Ils les exhortent à privilégier la voie du dialogue et surtout à retrouver les chemins vertueux de la discipline qui préservent la sécurité collective.

À ce propos, il est nécessaire de méditer ces paroles du Messager (SAW) prononcées lors de son ultime sermon : ” certes, votre sang, vos richesses et votre honneur sont choses sacrées “. Il convient également de ne jamais occulter le sens profond de cet autre Hadith authentique qui énonce que “les premiers cas à être jugés entre les gens au jour du Jugement dernier, seront les cas d’effusion de sang”.

Les Imams rappellent par ailleurs que l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat est toujours une occasion qu’exploitent les adeptes du terrorisme, comme on l’a constaté ces dernières années dans des pays voisins. Autant il est loisible de comprendre les motivations et certaines revendications, autant il convient de garder à l’esprit les risques graves qui pèsent ainsi sur les nations où règne en permanence la discorde.

La paix est un bien commun. Sa préservation est un devoir collectif. C’est le lieu pour les Imams de saluer la retenue des autorités qui n’ont pas opposé la violence à la violence. Ce faisant, elles ont fait preuve de discernement et de mansuétude.

Les Imams encouragent les autorités à pratiquer inlassablement cette écoute attentive qui permettra à notre pays de rompre avec le passé récent et son cortège de larmes et de sang.

Les Imams souhaitent que cette attitude de conciliation ne soit pas considérée comme un signe de faiblesse ni comme un encouragement aux méthodes violentes de revendications. Toutes les mésententes si graves soient-elles, toutes les incompréhensions sont solubles dans les discussions menées de bonne foi.

En ce qui concerne les revendications sociales, les Imams, tout en regrettant le temps perdu, félicite l’ensemble des acteurs, gouvernement et syndicats, pour leur bonne disposition au dialogue en vue de trouver des solutions durables.

Les Imams considèrent de fait le dialogue franc et responsable comme la seule option susceptible de garantir la stabilité de notre pays, d’assurer un avenir digne, exempt de peur à nos enfants qui ne doivent pas être les otages des malentendus entre gouvernants et gouvernés.

Les Imams demandent à chaque ivoirien, à toutes les bonnes volontés quelles que soient leur opinion politique ou leur obédience religieuse de contribuer au maintien d’un climat propice au développement de notre pays.

C’est également le lieu pour les Imams d’attirer l’attention sur la propension au colportage de rumeurs et de fausses informations. Leurs auteurs doivent prendre conscience des effets négatifs de leurs actes sur la cohésion nationale.

Les Imams réitèrent toute leur satisfaction aux populations ivoiriennes qui naguère ont su dépasser de graves dissensions pour se tourner résolument vers la construction d’un pays stable et prospère.

Ils réaffirment également leur pleine confiance aux autorités de notre pays quant à leur capacité à assurer la sécurité de tous et à partager équitablement les fruits de la croissance qu’elles ont su impulser depuis quelques années.

Au moment où nous nous trouvons au milieu du gué, chacun doit fournir sa part d’effort pour amener notre pays à bon port.

Les Imams formulent des vœux ardents en faveur de la Fraternité et la Concorde entre tous les enfants de notre pays. Rien ne doit en effet remettre en cause cette Alliance, œuvre de Dieu Lui-même qui est Le Gardien de notre commune Destinée.

C’est une faveur divine qui impose à chacun une responsabilité personnelle et une grande reconnaissance.

Les Imams adressent leurs suppliques, nuit et jour, à Dieu, l’Omnipotent, le Miséricordieux, pour qu’Il continue de veiller sur la Côte d’Ivoire. Ils demandent à tous les musulmans, à tous les croyants, d’en faire autant en adressant des prières sincères à Dieu, qui saura préserver notre pays de funestes aventures et qui, dans Son Infinie Prodigalité, continuera de déverser Sa Grâce sur tous les habitants de la Côte d’Ivoire.

Allah ne dit-Il pas dans la sourate BAKARA verset 153 « O vous qui croyez ! Cherchez secours dans l’endurance et dans la prière. En vérité, Allah est avec ceux qui sont endurants ».

Fait à Abidjan, le 21 janvier 2017
Les Imams de Côte d’Ivoire