Au nom de Dieu le tout miséricordieux le très miséricordieux

Que la paix et le salut soit sur son messager Muhamed ainsi que sa noble famille

Le calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Il a été inventé par les hommes afin de diviser et organiser leurs activités sur de longues durées, ainsi que l’observation des phénomènes périodique.

C’est grâce a l’existence du calendrier d’avant l’islam que l’on a pu déterminer la date de naissance du messager prophète (psl), ainsi que les évènements qui ont jalonnés sa vie prophétique.

Les arabes n’avaient pas de calendrier, ils faisaient référence aux saisons pour organiser leur vie professionnelle, culturelle et cultuelle. Mais l’absence de calendrier rendait difficile la détermination d’une période qui n’a pas connu d’évènement marquant.

Par exemple : avant la naissance du prophète Mohamed, il y a eu une attaque des éléphants dirigé par Abrahâta, contre la Kaaba. Les arabes ont nommé cette année, l’année de l’éléphant. On voit ici que cette manière de faire n’est pas scientifique et ne permet pas de faire un travail objectif en cas de recherche.

C’est ce à quoi le 2ème khalife de l’islam du nom d’Oumar ibn khatab a été confronté pendant sa gouvernance des affaires de la communauté musulman.

Il faut noter que c’est sous le règne de Oumar que la gestion politique de l’islam a vraiment pris forme a travers, l’organisation des territoires conquis, l’affectation des préfets et des gouverneurs, les correspondances, les ordres de missions etc. en un mot, la gestion administrative, politique, économique, sociale et judiciaire avaient atteint son niveau de perfection avec le khalife Oumar.

Pour revenir au thème sur le calendrier, il faut noter que la référence de dates qui était faite selon les saisons, causait parfois quelques amalgames.

A cet effet, pendant que Oumar était khalife, il adressa un courrier a son préfet du nom de Abou Moussa Ach-arih, avec le mois de cha-abane comme date de l’émission du courrier. Malheureusement, deux courriers datés de cha-abane étaient parvenus a ce dernier, de sorte qu’il y a eu confusion entre le courrier de l’année en cours et celui de l’année précédente. C’est ainsi qu’il adressa un courrier a sa hiérarchie afin d’avoir une précision.

Aussitôt, le khalife Oumar convoqua une assemblée des compagnons pour trancher de l’affaire. Ainsi donc, le calendrier musulman fut consacré avec l’hégire comme point de départ et muharram comme 1er mois de l’année.

A ce niveau, il faut s’arrêter sur trois questions :

  • Pourquoi avoir choisir l’hégire comme point de départ et non la naissance du prophète, la bataille de Badr, la révélation du coran et autres ?

Réponse : le khalife Oumar a estimé que l’hégire marquait la ligne de démarcation entre la foi et la mécréance. Car ça a été la période où les musulmans ont fui la persécution a la Mecque pour se réfugier a Médine afin de mieux pratiquer leur religion.

  • Pourquoi avoir choisi le mois de Muharram comme 1er mois de l’année et non le mois de rabil-awal, dans lequel le prophète a immigré ?

Réponse : les savants disent que c’était pour éviter l’amalgame chez les arabes eux même. Car ceux-ci considéraient Muharram comme 1er mois avant même la naissance de l’islam. Ce qui veut dire que le musulman doit toujours faire attention a ne pas bousculer les traditions qui ne sont pas en contradiction avec l’islam.

  • Pourquoi est-ce que les compagnons n’ont pas considéré la détermination du calendrier comme une innovation reprouvée ou une imitation des autres ?

Réponse : parce que le coran en parle en ces termes : « c’est lui qui a fait du soleil une clarté et de la lune une lumière, et il en a déterminé les phases afin que vous sachiez le ombre des années et le calcul du temps » s10v5.

Par conséquent, il revenait au clergé musulman la responsabilité de matérialiser une disposition préexistante a leur problème. Et c’est ça le rôle du clergé, que de réfléchir et trouver des solutions pour les musulmans dans un monde très dynamique et controversé.

Il faut éviter de se cacher derrière la notion de « innovation, appelé Bida» et laisser l’islam fixé dans une période donnée car Dieu l’a revele afin que nous participions au dynamisme de ce monde en perpétuelle évolution. Il faut aussi faire attention, afin de ne pas tomber dans les excès non plus. Il faut donc savoir le juste milieu.

Certains diront qu’en islam, il n’y a pas de clergé c’est-à-dire, d’organisation hiérarchique qui décide pour tous les musulmans. Je leur réponds que cela n’est pas vrai. J’en veux pour preuve, la gestion de la communauté musulmane par les khalifes et l’élaboration du calendrier islamique, la mise en forme du coran et autres. Ce sont des choses que le prophète n’a pas fait, ni leur dire aussi de faire. Mais puisqu’ils ont trouvé nécessaire de le faire, ils l’ont fait. Et l’islam avait toujours été géré ainsi jusqu’au 18ème siècle.

De deux choses l’une, soit nous avons été incapable d’assumer la continuité, soit nous avons peur d’être dominé ou géré par le pouvoir religieux.

Chers frères et sœurs, le musulman se doit de travailler avec le calendrier. Qu’il soit hégirien ou grégorien. Cela lui permet de faire un bilan de sa vie du passe et de voir à quel niveau il est au présent et que veut-il devenir à l’avenir, car la vie est lié au temps.

Le musulman se doit surtout de connaitre son calendrier hégirien, de le pratiquer et a le faire connaitre à son environnement, sans rentrer dans un conflit culturel avec qui que ce soit. Ce calendrier est aussi doté de sept jours ainsi que de 12 mois. Il est lunaire plus tôt que solaire, c’est pour ça qu’il est un peut différent du calendrier grégorien en nombre global de jour sur l’année.

Le rôle 1er du calendrier musulman sert à déterminer les périodes des activités cultuelles de notre religion. Le reste n’est que « accessoire ».

A cet effet, il n’y a aucun péché a utiliser le calendrier grégorien comme agenda de nos activités, quand bien même que ce calendrier fut l’œuvre du pape Grégoire Xlll, avec pour point de départ, la naissance de jésus (psl). Le calendrier grégorien s’est imposé a travers le monde pour les usages civils, a cause de sa flexibilité, sa précision et son accessibilité a tout le monde.

Il ne faut pas aussi confondre entre la référence au le calendrier grégorien pour nos activités professionnelle et la célébration des évènements liés a ce calendrier. Car ces évènements, bien que normal, sont des véhicules de messages destinés à ses adeptes.

Faut- il se souhaiter bonne et heureuse année comme les autres ?

Les adeptes du combat contre l’innovation « Bida »diront certainement que non.

Je leur réponds qu’il y a dans le 1er mois musulman, un évènement des juifs que le prophète a récupère pour en faire sienne. Il s’agit d’Achoura, que les juifs commémoraient en remerciement de la grâce que Dieu avait faite au peuple de MOÏS.

Ce qui veut dire que le musulman peut faire comme les autres tant que cela ne touche pas le culte. Et il est permis aux musulmans de se faire de vœux a tout moment et a toute occasion.

Il doit parfois faire comme eux obligatoirement, s’ils sont sur la bonne voie.

Concernant achoura, nous en aurons d’autres enseignements incha lah

Je termine ces propos en disant que le messager nous enseigne que la plus grande immigration, c’est celle de fuir le péché et aller vers Dieu

Qu’Allah nous accorde beaucoup d’autres années dans la santé, la paix, la prospérité ainsi que la longévité. Qu’il nous accorde une bonne fin de vie avec la Kalimat chahada comme dernière parole.

Imam Amadou Dosso