Le sport est bon pour la santé. On dit d’ailleurs qu’il a un effet positif sur la qualité du sommeil. Pour ceux qui pratiquent l’activité sportive durant Ramadan, le repos est souvent mis à rude épreuve. Comment les amoureux du sport se ménagent-ils pendant le mois de Ramadan ?

Le mois de Ramadan est une période difficile. Le corps s’épuise tôt. Et la prudence est de mise. La modération reste le maître mot surtout s’il faut pratiquer du sport en fin de journée, avant la rupture du jeûne. Arouna Koné footballeur international ivoirien, depuis son jeune âge, pratique le sport durant le mois de Ramadan. “Pour preuve c’est l’un des moments où j’ai marqué le plus de but dans mon club en Hollande au pays bas. Quand j’ai évoqué le problème, mes dirigeants étaient rétissants. Mais après, ils ont accepté parce qu’il y avait deux joueurs marocains qui étaient là aussi. C’est pour vous dire qu’avec l’intention c’est Dieu qui m’a aidé, sinon ce n’est pas facile “ a-t-il déclaré.

Pour certains spécialistes, le jeûne n’empêche pas du jogging. Par contre, pour le sport de haut niveau cela s’avère difficile. Des entraîneurs de club sont souvent confrontés au choix des joueurs en jeûne d’où la nécessité d’une communication préalable avant toute prise de décision. Pour l’ancien coach de l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire, El hadj Lama Bamba, un échange préalable est nécessaire entre un joueur jeûneur avant que celui ci ne figure sur la liste des athlètes.  Car chaque match a sa réalité. “Il est souvent difficile pour un entraîneur de dire à un joueur de ne pas jouer contre le gré de celui-ci. Si cela n’en tâche en rien à sa performance sur le terrain. Dans le cas contraire, il lui est purement et simplement demandé d’arrêter de jeûner sur conseil du médecin du club”, a-t-il argumenté.

Les instances du sport mondial ont mené des recherches sur la pratique du sport pendant le Ramadan. Selon le professeur Dah Cyrille Serge président de la commission médicale de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football), les recommandations stipulent qu’il ne faut pas contrarier le sportif de jeûner, car “lorsque qu’on évalue les performances physiquse du sportif en période de jeûne en laboratoire et non en situation de jeu, il ressort que son rendement baisse”. Fort de ce constat, le Professeur Dah Cyrille Serge conseille à tous ceux qui veulent pratiquer le sport pendant Ramadan, de mieux connaître son corps avant tout. Car la physiologie des hommes sont différentes les unes des autres.

Quoiqu’on dise, le Ramadan n’empêche pas la pratique du sport dans certains cas. En revanche, il faut toujours recueillir l’avis du médecin pour éviter des surprises désagréables.

Lanciné Kamara