“Quel peut l’Afrique en général et la Côte d’Ivoire en particulier  pour faire face aux images et aux stéréotypes dévalorisant la femme dans les médias ?” C’est autour de cette problématique qu’a porté la journée de sensibilisation pour l’amélioration de l’image de la femme dans les médias, organisée par le Réseau des Femmes Journalistes et des Professionnelles de la Communication de Côte d’Ivoire (REFJPCI), le vendredi 17 juin 2016 dans l’enceinte de la Conférence Episcopale Régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) d’Abidjan-Cocody.

Placée sous le co-parrainage des ministres en charge de la Communication et de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, cette  journée dédiée aux femmes  s’inscrit dans la continuité de la charte rédigée en 2013 à l’initiative d’Agnès Kraidy, Présidente du REFJPCI, consécutivement à l’étude sur la représentation des femmes dans les contenus (articles, iconographies) et institutions médiatiques de Côte d’Ivoire.

A ce niveau, le paysage médiatique éburnéen n’a pas fière allure au regard de la sous-représentation des femmes et pis à leur absence à la tête des institutions (excepté l’AIP depuis 2011),  a ainsi regretté Yasmine Mangoné, représentant la Présidente du REFJCI. Constat amer que n’a pas manqué de déplorer le Ministre Euphrasie Yao,  pour qui la femme est une actrice de développement et la paix. Elle a rassuré les femmes des médias quant à la volonté du Président de la République qui entend, à travers le quatrième axe de la politique gouvernementale axée sur la femme et les jeunes, renforcer la promotion de la femme.

Avec la mobilisation de toutes les organisations et faitières du microcosme de la communication de Côte d’Ivoire, enrichie par la présence de membres du gouvernement et de partenaires au développement engagées dans l’autonomisation et le bien-être de la femme dont l’UNESCO et ONUFEMMES, la journée de sensibilisation de l’amélioration de l’image de la femme dans les média permettra de poser les jalons de la déconstruction des considérations sexistes faites à l’endroit des femmes par certains professionnels de la communication, notamment dans le secteur de la publicité.

Ydo Yao, représentant Résidant de l’UNESCO en Côte d’ivoire, a salué cette initiative qui s’inscrit dans la stratégie à moyen terme 2014-2020 de l’UNESCO ˗ stratégie visant à offrir une bonne représentations des femmes dans les différentes formations de l’organisation ˗, et rappelé les actions entreprises dans la promotion de la liberté de la presse et le renforcement des capacités des journalistes de Côte d’Ivoire.

Adoptée le 6 mai 2014, la charte pour une meilleure représentation des femmes dans les contenus et institutions médiatiques de Côte d’Ivoire est un concentré de 14 articles déclinés en 4 chapitres allant des droits des femmes à la l’information et à la communication, des devoirs des médias quant à la représentation des femmes,  en passant par la place et l’emploi de ces dernières dans les médias et autres institutions du secteur de l’information et de la communication et enfin la promotion et la mise en œuvre de ladite charte.

Mory Bamba de Karamoko