CP : plumelibre.net

CP : plumelibre.net

L’ONG ‘’Islam Action Sanitaires’’ (ISLAS) soutient les jeûneurs musulmans. En prélude au mois de Ramadan, Dr. Diaby Moustapha, président de l’ONG ISLAS, a animé vendredi 27 mai 2016, à son siège au Plateau-Dokui, une conférence de presse pour informer et sensibiliser les fidèles sur les règles sanitaires requises pour observer le jeûne du Ramadan.

Depuis 2011, l’ONG ISLAS initie des actions pour accompagner le jeûneur pendant le mois de Ramadan. Cette année encore, elle n’a pas dérogé à la règle. En marge de cette conférence de presse, Dr Moustapha Diaby a procédé au lancement officiel de la campagne de dépistage baptisée “Santé pour tous en Côte d’ivoire au cours du Ramadan 2016”. L’objectif, selon lui, est “de contribuer à la réduction des cas de maladie et des cas de décès survenant dans le cadre du mois de Ramadan par la mauvaise observance soit thérapeutique ou des mauvais comportements alimentaires au sein de notre communauté” a justifié le président de l’ONG ISLAS. Le projet comprend une campagne de dépistage gratuit dans 20 localités du pays, 5 000 dépliants de sensibilisation ainsi que des affiches distribués. Des spots seront diffusés dans des radios de proximité. Une contribution au renforcement de la fraternité entre les agents de santé musulmans sera matérialisée par la 2è édition de la rupture collective du jeûne  organisé en partenariat avec le Secours Médical Islamique (SEMI). Une prière sera organisée en hommage à deux agents de santé ivoiriens décédés pendant la bousculade de Mina au Hadj 2015.

Cette conférence de presse a été l’occasion pour Dr Diaby de prodiguer des conseils avant le Ramadan.

“L’alimentation doit être moins sucrée que ce que nous voyons déjà. Il faut éviter de manger trop gras pendant le Ramadan. En ces temps de chaleur, il faut boire assez d’eau pendant le Sahour, repas de 04H. Et n’oubliez pas de consommer suffisamment de fruits et de légumes”, a-t-il insisté.

Cette campagne vise au moins 300 personnes à consulter et à dépister dans chaque localité, pour un coût global de plus de 5 000 000 F Cfa.

Astou Koné